pexels-photo-518543 Le traitement des hépatites : où en sommes-nous ? Mercredi 16 mai 2018 | 14h00 - 15h30 INSCRIVEZ-VOUS DÉCOUVREZ LE PROGRAMME Parc Chanot, Marseille ZOOM SUR LA SESSION

Les nouveaux antiviraux pour le traitement de l’Hépatite B

Vicente SORIANO

Hôpital La Paz
Madrid, Espagne

Alors que les nouvelles thérapies pour l’hépatite C chronique donnent des taux de guérison remarquables, les thérapies curatives pour l’infection par le virus de l’Hépatite B (VHB) restent insaisissables. Les traitements actuels utilisant les nucleos(t)ides entecavir ou tenofovir par voie orale permettent la suppression durable de la réplication du VHB, et des bénéfices cliniques chez la plupart des personnes atteintes d’Hépatite B. Cependant, le rebond du VHB survient généralement rapidement après l’arrêt du traitement à cause de la persistance des réservoirs génomiques du VHB sous forme d’anneau fermé d’ADN (cccDNA) et d’ADN-VHB intégré au niveau des chromosomes. Il y a un regain d’enthousiasme concernant les découvertes médicamenteuses contre le VHB suite aux récents succès des antiviraux pour l’hépatite C et des immunothérapies pour certains cancers.

Des nouveaux médicaments qui ciblent certaines étapes particulières du cycle de vie du VHB ont été développés, y compris les inhibiteurs d’entrée du virus, de nouveaux inhibiteurs de la polymérase, des inhibiteurs de la capsides et de l’assemblage, des inhibiteurs du relargage du virus et des perturbateurs de la formation et de la transcription du cccDNA  (Soriano et al Exp Op Inv Drugs 2017). Aux côtés de ces antiviraux, sont testés les agents qui entraînent les réponses immunes spécifiques anti-VHB, y compris les agonistes TLR, les inhibiteurs des checkpoints immunitaires et les vaccins thérapeutiques (Bertoletti et al. Gut Liver 2018). Les immunothérapies spécifiques peuvent offrir la possibilité d’éliminer ou au moins de maintenir de façon stable un niveau faible de la réplication du VHB, sous le contrôle d’une réponse antivirale fonctionnelle de l’hôte.

L’atteinte d’une « guérison fonctionnelle » de l’infection chronique par le VHB, avec l’élimination durable du HBsAg et une virémie indétectable une fois que la prise de médicaments est arrêtée, constitue la prochaine étape sur le chemin vers l’élimination du VHB. Espérons que la combinaison des nouveaux médicaments qui éliminent ou qui désactivent fonctionnellement les réservoirs génomiques du VHB (les cccDNA et l’ADN-VHB intégré) avec des agents qui entraînent ou activent les réponses immunes contre le VBH vont aboutir à une « guérison définitive » de l’infection chronique par le VHB.

En parallèle des avancées sur les antiviraux et les thérapies immunes pour l’hépatite B, le développement de nouvelles procédures diagnostiques peuvent fournir des outils uniques pour l’évaluation et la mesure des réponses au traitement. C’est le cas pour le test au serum VHB-RNA et/ou le cccDNA des échantillons hépatiques obtenus par l’intermédiaire d’une ponction à l’aiguille fine (Gill et al. Gut 2018).

Vous souhaitez en savoir plus ? 

Rendez-vous le mercredi 16 mai 2018, de 14h00 à 15h30, au Parc Chanot de Marseille
pour la session Le traitement des hépatites : où en sommes-nous ?